logo_11780

Je me suis lancée dans le second volet de cette saga après avoir regardé l'adaptation de 16 Lunes en film. Celui-ci m'a  réellement donné l'envie de me plonger de plus près dans cette saga en entammant la lecture du second volet 17 lunes.
Après une transition difficile en dépit de la (très) libre adaptation cinématographique du premier opus par rapport à la suite de l'histoire de 17 lunes, je me suis prise à l'univers fantastique et ai tout de même réussi à comprendre de quoi retournait l'histoire réelle... Je vous en parle ici.
Le passage des 16 Lunes n'a pas été sans encombres pour Léna et Ethan, tout comme pour leurs familles respectives; à tel point que Léna prend de la distance sans qu'Ethan n'en comprenne le sens. Elle se rapproche des ténèbres et il se sent alors très impuissant. Que faire pour aider Léna et l'empêcher de sombrer? Le temps de trouver une solution, Léna est déjà bien loin. Petit à petit, Ethan trouve les clés des différents évènements de sa vie et y remet de l'ordre afin de se fixer les bons objectifs. Accompagné de Amma, de Link ou encore de Liv, une jeune étudiante rencontrée grâce à sa tante Marian, il part dans une quete peuplée de découvertes et de rencontres surprenantes... 
Dans cette histoire, on retrouve bien les codes de la littérature "Young Adult" : des personnages en plein passage à l'âge adulte, torturés par des questions existentielles (notamment liées aux sentiments amoureux), et ou, des créatures et éléments surnaturels interfèrant dans leur quotidien. 
Néanmoins, l'histoire est franchement bien travaillée : les éléments de description participent d'un histoire riche, tout comme la complexité des personnages, ou encore les relations qu'ils entretiennent entre eux, offrant ainsi un second niveau de lecture adapté un public plus âgé qui fait que l'on ne s'ennuie pas et qu'on y trouve un réel plaisir. Petit bémol concernant la fin de cet opus que je trouve trop facile par rapport au déroulement plutôt long ... 
Même si le film m'a plu comme j'ai pu vous le dire déjà, il manque un nombre conséquent d'informations qui permettraient de complexifier l'intrigue, voulue trop basique, uniquement dans le but de plaire à un public de jeunes adolescentes en demande d'histoires d'amour. Cela limite les éléments annexes et c'est bien dommage. 
Le film "Sublimes créatures" se suffit finalement à lui-même et devient presque indépendant de la saga littéraire, par son manque de précision et son trop plein de libertés. 
Enfin, je rajouterai que le pitch de la quatrième de couverture du roman est bien trop réducteur et que ce roman mériterait d'avantage de considération pour attirer un public un peu plus large... A bon entendeur aux éditions Black Moon que je salue néamoins pour ses couvertures toujours très dénudées et sympa. 
A lire donc, mais en commençant par le premier livre, 16 lunes plutot que par le film...